De retour de l’église romane Saint-Antoine – du XIIème siècle – je continue par vous montrer/partager ces
quelques points de vue, ce que vous pourriez voir si Saint-Antoine laissait ouvertes ses portes sur votre passage.
Décidément, les vieilles pierres de Braize parviennent toujours à me faire parler…

Une fois à l’intérieur

On entre dans l’église par une nef unique et qui compte trois travées reliées à l’Est par deux travées, à une abside en hémicycle. Celle-ci est inclue, depuis l’extérieur, par un appareil de maçonnerie à trois pans : au milieux trois fenêtres en plein cintre. Sur la photo on voit deux de celles-ci.

La travée droite orientale est recouverte d’un berceau et séparée de l’autre, couverte d’une coupole sur trompes, par un doubleau brisé, à double rouleau, reçu par des colonnes sur dosserets. Un berceau brisé couvre la nef.

En avançant dans la nef, remarquez l’arc triomphal qui précède le chœur. Quant à celui-ci, il présente une travée surmontée d’une coupole sur trompes, c’est cette coupole qui supporte le clocher. Avant le chœur, une statue de Saint Blaise et à gauche, celle de la Vierge à l’Enfant. Puis la chapelle Saint-Georges – l’abside de l’église – vous savez, le chevalier terrassant le dragon – et le cimetière des Chevaliers, rappellent dans cet édifice (toujours fermé) ces épisodes.

< Retour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s