MUSEES2

Bienvenue chers amis !

J’ai décidée de publier très régulièrement des articles que je compose à partir de mes très nombreux reportages faits au patrimoine culturel. Après un tout premier article venu augurer ma motivation quant au patrimoine des Pans de bois & colombages, voici le second sur lequel j’ai travaillé en termes de généalogie berrichonne et plus précisément sur « Les métiers de nos ancêtres« .

______

Il y a quelques années, j’ai entrepris une généalogie. Je m’y tiens toujours, peut-être moins assidue par manque de temps (la généalogie demande beaucoup de temps), alors

a9
Métier : Éclusier – Canal de Berry : cliquer

que c’est quelque chose qui me tient à cœur et j’espère trouver des personnes, parmi vous, qui partageront aussi ce même sujet. Surtout ais-je travaillée sur la signification de ces noms de lieux qui nous habitent (mon dada) – villes et lieux du Berry. Ceci aussi, va se trouver à un moment ou à un autre sur Berry Au Cœur de France.

Revenons au sujet. En fait, celui ou celle qui entreprend une généalogie découvre vite que la variété des métiers d’hier est moins grande que celle d’aujourd’hui. On constate notamment que ces métiers d’autrefois se sont transformés d’une génération à l’autre : pour exemple le meunier (vive les moulins et minoteries !) est fils de meunier, petit-fils de meunier, époux d’une fille de meunier et père d’un meunier… La stabilité géographique de nos aïeux me semble aller de pair avec une grande stabilité professionnelle. Et vous, vous en pensez quoi ?

Pour autant, cela ne donne pas la compréhension exacte de leur profession. S’il était épicier depuis le village, menuisier ou boulanger, le métier semble parlant parce qu’il existe encore, mais son quotidien au XVIIIe ou au XIXe siècles reste inconnu. S’il était mulquinier, flotteur sur bois, oublieur ou scieur de long, c’est en fait la définition même de ses tâches qui peut nous manquer.

Comment retrouver des éléments
sur toutes ces activités d’hier ?

Quatre pistes sont à privilégier : les musées, les écomusées, les archives et les bibliothèques.

Fréquenter les musées

Ce sont les premiers endroits où nous devons nous rendre : les musées. Mais pas n’importe lesquels. Visitez d’abord ce qui est local, voire régional, ceux où se trouvent par exemple, comme à St-Amand-Montrond, Bourges, La Châtre, ChâteaurouxIssoudun … des espace culturels qui recueillent arts et traditions populaires, souvent remarquables. Ils nous permettent de remonter plus haut dans le temps. Celui que je visitais à ce propos, Reuilly.

REUILLY5

Ensuite, si vous cherchez des informations sur un métier précis, vous trouverez sans doute un ou plusieurs musées spécialisés : outils, informations, tout est généralement sur place, y compris parfois avec une bibliothèque, ou des archives à consulter… à Bourges par exemple.  En fait, pas nécessairement besoin d’aller bien loin : en Berry, les musées qui peuvent nous intéresser sont nombreux et ils présentent l’avantage de nous apporter des éléments sur les métiers locaux, notamment, dans un musée d’arts et traditions populaires.

N’hésitez pas à vous joindre aux commentaires et nous faire partager vous aussi 😉
MA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s