Le médiéval de Bannegon

20170608_114428

Une superbe journée pour aller d’une rando,  en reportage photos quant à l’épicentre de Bannegon, village du Cher situé à quelques minutes de Saint-Amand-Montrtond.
Voici le château d’origine médiévale, construit sur un terre-plein et entouré de ses douves encore en eau. Ceci, au cœur d’un environnement absolument pittoresque.

20170608_114943

20170608_120711-(2)
Là, nous y sommes quasi presque !


En 1560, le château se trouve entre les mains de Jean des Barres (voir Buranlure) dont la veuve, Marie de Barbançon, embrasse le parti de la réforme et soutient, en 1568, un siège contre M. de Montaré, le gouverneur du Bourbonnais.

Le château de Bannegon fut battu pendant 15 jours par des canons. Marie de Barbançon eut l’énergie de monter elle-même sur la brèche, une demi-pique à la main pour repousser l’assaut. Cette défense dura deux mois. 

20170608_121725

20170608_122136

Le roi ordonna de la mettre en liberté sans rançon, sous la garde du seigneur de Groussouvre.
Cette action énergique eut alors un immense retentissement et mit Marie de Barbançon au rang des dames illustres.

20170608_122311

20170608_123052

Depuis le Xe siècle

Ce château a appartenu successivement aux familles de la Porte, des Barres, de Brichanteau et de Bonneval.
Il relevait en fief de l’abbaye de St-Sulpice.

Aujourd’hui

Il s’agit d’un château devenu privé où les visites ne sont plus. En revanche, des mariages y sont célébrés et Bannegon est passé maisons d’hôtes.

20170608_123001-(2)

20170608_122746

Les plus anciennes parties du château se trouvent à l’extrémité nord, et comprennent la grosse tour dite des Barres (ci-dessous). Elle est formée de deux cylindre superposée et celui du haut est plus large que celui de la base, porté par un bandeau horizontal de pierre de taille avec un tore puissant à l’arrête saillante. Le sommet est garni de mâchicoulis, sur des corbeaux à triple saillie. L’étage du bas est voûtée en demi-sphère et percé d’un double étage de meurtrières simplement évasées au dedans et formant au dehors une longue fissure. Ces dispositions convient au XIIIe siècle ou à la première partie du XIVe. (D’après BUHOT de KERSERS, op.cit.)

20170608_122635   20170608_123108   20170608_122504

______________________

Retour

Château féodal de Chârost

De passage à Chârost pour rejoindre le Berry roman, je suis descendue du vélo pour un focus sur le pont, il surplombe la vallée de l’Arnon.

IMG_0980

IMG_0982

De même que la commune de Civray, d’où j’arrivais lors d’une belle journée sur randonnée ensoleillée, Chârost sur le chemin de Saint-Jacques, est située sur une voie antique : celle-ci s’étend de Châteaumeillant à Vierzon. Il a été retrouvées ici fibule et monnaie d’Antonin.

Là, vous regardez les bâtis du XI, XV et XVIe siècles et de ce qui fut jadis élevé au rang de « duché-pairie » en 1672. Le donjon qui est situé côté Est, fut reconstruit au XVe siècle. Un siècle après, c’était la reconstruction des bâtis.

Aujourd’hui propriété privée qui a longtemps appartenu à un passé lié à la seigneurie de Déols – Indre – et Armand Joseph de Béthune-Chârost comme dernier représentant.

L’histoire du château est aussi rattachée au chapitre de l’histoire opposant les Plantagenêts et les Capétiens.

Une ancienne province historique

Comme toutes les anciennes provinces « souche », je veux dire celles solidement ancrées ans leurs entités culturelles et leurs âmes de terroirs, nous parcourons une histoire richement rependue au fil des âges : l’Ariège en est une, le Pays-Basque, la Bretagne, la Normandie entre autres… C’est-à-dire toutes ces anciennes régions qui ont encore leurs traditions culturelles solidement accrochées à l’âme. Le Berry aussi, est une très ancienne province qui porta le nom « Berri » avant de s’écrire Berry.

C’est-à-dire toutes ces anciennes régions qui ont encore leurs traditions culturelles solidement accrochées à l’âme. Le Berry aussi, est une très ancienne province qui porta le nom « Berri » avant de s’écrire Berry.

Origine du nom de la tribu gauloise des Bituriges, la capitale du Berry à ce blason : les moutons font référence à la draperie, tandis que la fleur de lys est une marque de fidélité au roi. L’ensemble est surmonté de la couronne ducale.

Lire la suite Une ancienne province historique