005_3

Bienvenue au Château d’Azay-le-Ferron !

Où l’histoire s’enracine et les heures, paisiblement, s’écoulent. Un parcours touristique que vous aimerez pour son magnifique parc paysager à l’anglaise, où se succèdent tout à tour rosiers vivaces et topières. « Topiaires »… qu’est-ce que c’est ?

Vous ais-je dit à propos d’un château qui a ma préférence parmi tous les autres du Berry ? Celui-ci arrive en second. Ensuite, je les laisse arriver comme ils le veulent.
Après Château-Guillaume, voici l’autre, que j’affectionne tout particulièrement lui aussi.

006_4

Au cœur du parc paysager qui lui sert d’écrin, la bien jolie demeure affiche son caractère dans les pierres de ses mémoires, à la rencontre d’une campagne de charme.  Le dernier parcours emprunté nous ramène vers notre point de départ, celui qui emprunte une longue allée ombragée qui ouvre le passage à de grands arbres.
Sur le chemin du retour, quelques dernières photos sur le parc aux couleurs de charme.

007_5
On entre par la Galerie
trait d’union entre les bâtis et l’espace nature
016_14

Un moment de fraîcheur

AUTOUR D’UN JARDIN SECRET

Ce château en terrasse à tout pour plaire : une pierre blanche, des ouvrages de toiture (remarquez ma dernière photo) et un jardin paysager superbe.

* C’est le silence : de grands carrés verts faisant face au château
* C’est l’élégance à la croisée de chacune des allées qui côtoient le château
* Ce sont les sens : des parterres plantés de buis esquissés en topiaires
* C’est le charme de rosiers courants par-dessus un fer-forgé de rambarde
* De paisibles tilleuls et des ifs en cône offrent des promesses de promenades
ombragées.


Est-ce mon éternel romantisme qui me fait dire cela ? Oui ! J’aime cet engouement pour les belles choses. C’est l’époque de la Renaissance qui a marqué ce site Indrien, de l’effervescence des arts (également des sciences). L’art des jardins, alors très développé, vaut, ici-même une distinction suprême, le label « Jardin remarquable » – « Jardin Secret ». 

De nombreux arbres guideront votre visite vers une histoire où l’homme et la nature partagent depuis longtemps les mêmes sentiers. Le premier habile à se servir du second à su le placer aussi bien dans son foyer qu’au plus fort de son imaginaire. 

Nous sommes alors complice d’une remarquable : elle se décline en rencontres telles que les chênes, pins d’Autriche, pins Sylvestre, cèdres du Liban, cèdres verts de l’Attelas, cèdres de l’Himalaya, cèdres bleus, érables du Japon, pins noirs d’Autriche, sans oublier le magnifique chêne lumière qui après plus de 300 ans de bons et loyaux services, à hélas rendu l’âme !

012_10
5351f17d


Ceci, pour les espèces les plus anciennes. Vous trouverez aussi des hêtres pourpres, des magnolias, des marronniers, marronniers-orangers, des prunus de Sainte-Lucie, les lauriers, les cyprès, les charmes, ifs, rhododendrons et azalées.
Au centre du bassin, un bien étrange personnage, mi-homme, mi animal aquatique, tenant dans une main un objet non identifié de nous lors de notre visite. Serait-ce une légende toute droite issue d’une de ces divinités de la mythologie grecque ? Un mystère à percer…
Ici, l’environnement peut vous être rafraîchissant en période de canicule, l’une de celles qu’on rencontre souvent lors d’un été en Berry.
Et ce ne sont pas les hôtes qui ont élus domicile dans le bassin, lieu de vie privilégié de quelques poissons rouges, qui vous diront le contraire… D’ici, voici un joli panorama sur l’ensemble des jardins, ses allées bordées par diverses fleures vivaces, de petits arbustes.

012_10.png

Vous n’avez qu’à suivre cette promenade par les endroits où s’émerveilleront vos sens. Tel le poème d’une étape romantique que je vous propose de suivre au pas à pas de mes photos. Et pour rosir de plaisir, franchissez les dernières topiaires sur la droite du parc, puis, entrez au centre d’une nouvelle scène paysagère qui conduit vers un agréable point de vue sur le parc et son château. De même qu’une agréable promenade au cœur de l’art topiaire

Après avoir parcouru tous les recoins de ces lieux fascinants, nous ressortons pour à présent contourner en chemin quelques arbres majestueux, quelques rhododendrons et suivons à l’ombre des allées du parc le tracé caillouteux qui conduit à nouveau en direction du château.

murielazemard

Au terme de la promenade, partie Est du parc, une allée ombragée de tilleuls, quel bonheur rafraîchissant et embaumé ! Le tilleul est un arbre de croissance rapide qui atteint souvent au rythme des années plus de 26 mètres de hauteur et de 12 à 14 mètres d’étalement, et le diamètre de son tronc peut dépasser plus d’un mètre. Là où se trouve un tilleul, le calme est assuré. En effet, le tilleul a pour vertu de véhiculer repos, tranquillité, apaisement à l’environnement dans lequel il se situe. Ce qui se traduit aussi par le fait qu’il est conseillé aux personnes développant un terrain pathologique nerveux-sanguin, de s’entourer de tilleuls.

005_3

Le lieu mérite vraiment qu’on s’y arrête. Avec la Touraine pour complice, la sérénité du lieu y infuse doucement, à chaque recoin d’allées, à l’approche de chaque arbre et le temps y lézarde lui aussi, loin des voitures à distances et pourtant si proches car une fois avoir franchit l’entrée, nous retrouvons les petites rues étroites du village.

Vous pouvez bien sûr réagir en me racontant ce que vous en avez pensé, en me laissant vos impressions, je serais ravie de vous répondre et partager.

Retour

Une réponse sur « Poème pour une verte nature »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s