Pour une valorisation portée au site après une première série de travaux, alors que la seconde se concentre autour du site patrimonial gallo-romain de Drevant afin de le rendre plus attractif au public. De fait, l’attraction du site est l’une nouvelle mission que se sont donné les acteurs de ce magnifique patrimoine.

Situé à quelques poignées de secondes de la commune de Saint-Amand-Montrond, le site archéologique de Drevant, dont la période de construction/expansion s’est étendue du Ier au IV ème siècle, est un complexe gallo-romain de grès rose. Théâtre-Amphithéâtre classé, l’ensemble du site n’appartient plus à la commune sur
lequel il est érigé, mais à l’État.

Un ensemble circulaire (une prise de vue sera ajoutée) de vestiges encore observables de nos jours, ce qui fut d’une arène de 27 mètres de diamètre en tant que surface au sol devancée de part et d’autres d’une construction ouverte sur trois ouvertures (prises de vues ci-dessous). Lesquelles distribuaient des pièces annexes, ainsi qu’une galerie de circulation dont les arcades permettaient l’éclairage de l’ensemble.

Le façonnage était composé de deux niveaux de gradins. Alors que je me plaçais devant et je contemplais avant de repartir plus loin, sur le site, les vues s’affichent en grand format entre le village adossé en arrière-plan, puis le Canal de Berry à l’avant du site antique. Les vues montrent par fragments ce que nous pouvons encore observer des vestiges, lors d’une balade à contempler ce qui a subsisté. Au fur et à mesure de ces observations, l’emprise des murs dressés prennent place dans l’imagination collective, ce qu’a été Drevant jadis, tout en s’inspirant du paysage jouxtant l’ensemble du théâtre, en se positionnant à des endroits-clefs de cet édifice majeur et de ce symbole architectural de l’Empire romain.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est drevantban.png



La commune de Drevant est toute une histoire !

Sur une élévation surplombant le Canal de Berry, le site de Drevant est fréquenté depuis l’Antiquité. Il conserve des traces de l’époque gallo-romaine où y sont encore visibles des éléments, fortement restaurés, des murs épais en grosses pierres que vous pourrez admirer au gré de vos balades depuis le Canal.

Auguste Tibère dote au Ier siècle le territoire d’un enclos et au IIe siècle, le théâtre est achevé. Au Ve correspond l’abandon du site mais les villageois s’en emparent, en prennent possession en vertu de sa positon défensive.

Par des fouilles successives, le site n’est pas accessible au public. En revanche, un travail de fond a été réalisé par le service Patrimoine et la commune, non loin du théâtre, a ouvert depuis quelques années la Maison du Patrimoine.

Sont aussi de grandes affiches réalisées au service de la culture et portées ainsi à la connaissance des promeneurs en terme de documentation : plans, reconstitution du quartier de l’amphithéâtre de l’époque etc.

L’INRAP est la plus importante structure de recherche archéologique en Europe et une intervention archéologique a été prescrite par l’État afin de permettre le suivi quant aux travaux de restauration et d’aménagement du site.

Théâtre – Amphithéâtre – Ier / IVe siècle. Grès rose

À l’époque gallo-romaine, Drevant comptait de nombreux monuments, villas, bains et auberges. Par les parties conservées et les vestiges recueillis lors des fouilles à différentes époques, la physionomie qu’il nous reste aujourd’hui est celle que montre les photos que je fis notamment sous différents jours.

À son apogée, il s’agissait d’un vaste ensemble comprenant une partie centrale, une arène de 27 mètres de diamètre, ceinturée par un podium desservit par trois portes. Le podium est destiné à protéger les spectateurs du premier rang : remonte à la seconde moitié du Ier siècle. Des murs rayonnants supportaient une galerie qui permettait d’accéder aux gradins.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est thedrev.png
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est thedrev2.png

Les thermes – Ier / IVe siècle – Grès rose

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est drevantths.png

L’alimentation en eau se faisait par l’aqueduc de La Tranchasse qui arrivait à Drevant par le nord. Cet intéressant visuel nous montre une restitution d’ensemble et de fait, mieux nous imaginer ce à quoi ressemblaient les deux thermes.

2 réponses sur « Autour de vestiges Gallo-romains »

  1. Nous n’avions pas prévu d’aller nous promener ici dimanche avec nos cousins, on pensait plutôt balade après le bon repas absorbé, et puis finalement nous nous sommes arrêté quelques temps devant le théâtre. Pas vraiment beaucoup de monde en début d’après midi, finalement c’était mieux je trouve. Les bateaux ne fonctionnent plus pour un bout de temps mais cela n’a pas dérangé nos invités du dimanche qui sur place, étaient intéressés par le site gallo-romain. Une belle promenade !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s