– Focus –
DEMEURES & ÉDIFICES À PANS-DE-BOIS

C’est ma balade la plus fréquente lorsque je me sais être au cœur d’une de ces villes et villages où l’histoire et le patrimoine y est riche. Aujourd’hui, je vous présente un des thèmes qui me tiennent à cœur, rédigé en dossier du patrimoine, et vous le partager selon mes reportages photographiques. Les plus remarquables visites sont celles qui guident nos pas vers les pans-de-bois. Vous apprécierez notamment déambuler dans le cœur historique de Vierzon, Bourges, Aubigny, Issoudun, La Châtre, Châtillon-sur-Indre, Argenton-sur-Creuse…

À propos : Pans-de-bois ou colombages ?
________________

Découvrez la richesse d’une façade
en vous promenant !

ARTICLESUITEK.png


Place Gordaine par exemple, vous allez aimer découvrir au passage du petit train les merveilleuses demeures à pans de bois, dont le  dont le cœur ancien mêle bois et torchis. D’ici, elles se succèdent sans discontinuer.

Autres à Bourges

à Aubigny-sur-Nère

à Vierzon

Divers

ARTICLESUITEH

Outre leur extraordinaire symbolique, ces sublimes façades s’expriment d’un véritable langage culturel, à connaître. Et oui ! les bois – ou plutôt Pans de bois – nous parlent.
Je vous partage les photos thématiques, c’est également vous emmener en voyage au cœur d’un langage traduit au fil de mes recherches et de ma passion pour le remarquable patrimoine berruyer.

Les villes Le Mans, Tours, Chartres pour ne vous citer qu’elles, où je vais assez régulièrement, recèlent aussi de ce remarquable patrimoine architecturé.

MA

2 réponses sur « Pans-de-bois & colombages »

  1. Magnifique Muriel ! Et on se demande comment ça tient, les poutres. Merci pour ce que vous proposez de très intéressant sur Berry au coeur de France, il porte bien son nom, j’ai noté de revenir vous lire et de parler de votre blog 😉

    J'aime

  2. Bonjour Olivia, merci pour votre visite !

    Profitez pleinement de votre découverte du site, sans passer à coté de détails passionnants, se rapportant au patrimoine de la rubrique.

    D’après votre question Olivia : « comment ça tient ? » – Déjà, elles sont rarement d’équerre et c’est d’ailleurs tout ce qui fait leur charme. Ces demeures se sont développées au XII e, elles doivent leurs silhouettes étonnantes à la souplesse du bois dont elles sont constituées : des poutres horizontales, des poteaux verticaux que vous observez déjà depuis mes photos, sachant que les poteaux obliques viennent rigidifier la structure.

    En fait, les différentes pièces s’emboîtent à l’aide de tenons et de mortaises. Pour combler les vides entre les poutres, on utilise du torchis, un mélange d’eau, d’argile et de gravillons et de crin de cheval ou des poils de vache.

    C’est donc une structure très résistante, qui peut aussi être démontée si on veut déplacer le bâti : par exemple, si vous allez sur la page des granges pyramidales, le prototype à Vailly-su-Sauldre (qui était à sa genèse à Aubigny) a été déconstruit pièce à pièce pour être reconstruit à son emplacement actuel.

    Aujourd’hui, on se balade d’une ville à l’autre au gré de ce patrimoine merveilleux, ainsi que parfois en campagne Normande, au Pays Basque où je fis quelques photos cet été.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s