Chaque territoire offre une multitude de bienfaits au naturel. Supposons que vous vous vous êtes demandé « où se trouve le Berry ? » que vous ne connaissez pas du tout, vous n’y avez jamais mis les pieds, avez aucune connaissance de la région et cependant, des amis, parenté en parlent et voici soudainement aiguisée votre curiosité prêt(e) à en savoir plus.

La richesse patrimoniale naturelle du Berry est sa diversité. Pour la préserver, les territoires se sont organisés en pays, afin de mettre en avant celle-ci selon ses spécificités environnementales, au-delà des découpages géographiques. Autrefois pays de marais, c’est en 1850 que furent entrepris de grands travaux d’assainissement de la Sologne devenue aujourd’hui prospère en gibier, élevage et culture.

C’est presque toujours par les paysages que l’on découvre,
que l’on comprend la région et parfois même qu’on la fait sienne…

Situé entre l’Oc et l’Oïl, le Centre de la France n’est pas seulement un centre géographique. Il est une lumière naturelle et chaleureuse. Cependant, ce n’est pas rien de se revendiquer, à juste titre, « Centre ».  Ancienne grande province, qui fut longtemps le cœur historique de France. 

Le Berry dépasse largement le limites de la région géographique. D’ailleurs, il a été écrit de celui-ci qu’il se termine là où cessent d’exister les marécages et sites forestiers entourant la Champagne berrichonne qui ci-contre, montre un vaste plateau couvert par des étendues immenses de cultures en céréales. Le territoire prend en compte les proximités. C’est-à-dire qu’à à l’Est nous y trouvons l’Allier et la Loire qui marquent les limites entre le Berry et le Nivernais. Alors que s’étend au nord-ouest le Berry jusqu’au Cher. Vous serez en Sologne au nord-est, en Pays-Fort, en Sancerrois et non loin d’ici, Gien et Briare (Loiret) situés en rive gauche de la Loire, portent le significatif de En-Berry. Le visuel ci-dessus montre comment s’est formée la province.

Les départements Cher et l’Indre sont étroitement liés depuis si longtemps, mais ce n’est pas une raison suffisante à mon sens, pour projeter la fusion des deux entités et les convertir en un seul département. C’est pourtant une hypothèse qui est venue alimenter bien des conversations en seconde moitié 2017. Du nord au sud, une transition entre le Bassin Parisien et le Massif Central. Cette typicité géographique vient découper le Berry en quatre régions, lesquelles correspondent aux appellations telles que :

 la Champagne berrichonne – qui cède le pas à un bandeau de forêt
 la Valée de Grermigny – Val d’Aubois
– la Vallée Noire
– Le Berry en Val d’Anglin

__________

La Sologne, pays d’eau et de forêts, aux aspects secrets et mythiques, écrin d’une nature authentique émaillée d’horizons sauvages. C’est seulement une petite partie de la Sologne, dont bénéficie le Berry. De ce territoire touristique se détache une entité jalonnée de masses forestières, d’étendues boisées, de landes, de sous-bois, haies vives et une multitude d’étangs entretenus, de marécages, petites rivières : le Beuvron, la petite et la grande Sauldre, la Nère.

Autrefois pays de marais, c’est en 1850 que furent entrepris de grands travaux d’assainissement de la Sologne devenue aujourd’hui prospère en gibier, élevage et culture. La Sologne est essentiellement composée de terres sablo-argileuses où les sols, tantôt très secs, tantôt très humides y sont finalement très plats.

Les eaux s’écoulent difficilement et forment à la suite de multiples étangs et marécages où les pluies s’y amassent.
Le territoire de la Sologne dénombre pas moins de 3 200 étangs répartis sur 11 500 hectares d’eau.
De magnifiques parcours de randonnée ont été mis en place ainsi qu’en milieux forestiers.

Le Sancerrois, c’est le Cher Nord et il est des territoires bénis des dieux. Tout ce qui est vert, se sont les vignes, elles s’étendent à perte de vue. À l’horizon, bien campée sur le piton et ses vignobles à perte de vue, chapeaute l’ancienne forteresse des seigneurs de Sancerre. Des amours de villages qui font la renommée du territoire environnant tels que Chavignol, Bué, Ménétréol, que vous ne manquerez pas de visiter.

Un pays où domine de verdoyants coteaux : un de ces paysages qui fit dire à Stendhal lors d’une des ses visite au pays :
« Si Paris avait une montagne un peu élevé, notre littérature aurait été autrement pittoresque. » 


Sur cette terre de légendes, de rusticité à souhait, j’y ai trouvé le Graal d’une randonneuse férue de patrimoine de ruralité, en vadrouillant la campagne comme je l’aime, nombre de fois, en moultes occasions de venir ici dans le Pays-Port, pétri d’accents typiques, lesquels accueillent pour unique repère des granges dites pyramidales, l’exception rurale de tout le Berry en terme de Petit Patrimoine Rural.

Le pays-Fort est une région que je présente comme un coup de cœur patrimonial et culturel, parmi mes autre coups de cœur, mais n’oublie jamais d’évoquer ses vallons verdoyants, ses hameaux et fermages isolés pétris de tradition de pays comme nulle part ailleurs en Berry. Rien que d’évoquer la spécificité des bâtis de sa campagne est déjà toute une poésie de campagne à mon sens, façonnée par le paysage environnant.


Le Pays-Fort, ce sont les communes telles Vailly-sur-Sauldre, Assigny, Barlieu, Blancafort, Concressault,
Dampierre-en-Crot, Humbligny, Jars, La Chapelotte, Oison, Santranges, Subligny, Sury-ès-Bois, Thou,
Villegenon. Le Syndicat d’Initiative de Vailly-sur-Sauldre est l’unique initiateur touristique, depuis 2004,
d’une enrichissante découverte à travers ses patrimoines culturels, paysagers. C’est par le syndicat
d’initiative de Vailly, que je recevais la même année la proposition d’un reportage issu du circuit du
Pays-Fort, incluant l’itinéraire des granges à fort caractère, pyramidales. J’ai pris beaucoup de plaisir
à découvrir le paysage, à sillonner la Sauldre.

Par beau temps, il fait bon flâner le Berry de part et d’autres. Découvrir ses moindres parcelles de villes qui mènent toujours à son cœur de campagne, de vallées vertes et bocageuses. Val d’Aubois, vallée de Germigny sont ici. C’est la nature, belle, diverse et préservée et ça, moi j’aime ! Ce que j’ai découvert – ou redécouvert – a comblé mes appétits culturels. La Vallée de Germigny est ciselée de terres fertiles, c’est ici que l’on trouve les plus belles charolaises.

Partie de Saint-Amand-Montrond à vélo, je suis allé à plusieurs reprises, découvrir le joli Val d’Aubois situé à l’Est du département du Cher. En fait, nous nous trouvons ici aux  limites orientales de la Champagne berrichonne. J’ai fait une photo de la Porte du Berry, elle se trouve dans un autre article à publier. Cette région d’élevage est composée de nombreuses prairies bordées de haies vives interrompues par de nombreux sentiers et ruisseaux permettant une observation privilégiée.

Un jour quelqu’un  qui y est né, m’a dit de la vallée : « c’est la plus belle vallée du monde ! »
Je confirme : la vallée de l’Aubois est magnifique à vélo également, lorsque je traversais
ses pâturages verdoyants. Ce sont aussi ailleurs des rivières et quelques plateaux de
nature calcaires.

Situé à 55 kms du Sancerrois, est le Pays de Bourges, Capitale du Berry. Ville d’Art & d’Histoire, dont le rayonnement se manifeste au travers de la cathédrale St-Etienne inscrite au Patrimoine de l’humanité pour l’UNESCO. Une pure merveille de l’art gothique, dont sa singularité montre 5 portails côté Nord, côté Nord et une partie romane qui se s’admire à son opposée Sud : le Tétramorphe. Puis si vous entrez par ce côté là de votre visite, admirez les sublimes verrières du déambulatoires à l’intérieur, la crypte d’une grande clarté, dans laquelle repose le Duc Jean de Berry.

Ville natale de Jacques Cœur, le grand argentier du roi Charles VII, Bourges c’est le Palais Jacques Cœur, de nombreux hôtels particuliers, des musées et très jolis espace où dame Nature y a élu domicile : Jardin de l’Archevêché par exemple, les Prés-Fichaux, ou les Marais.

En parcourant rues et ruelles (petit train touristique ou pas), vous découvrirez les plus symboliques
façades Berruyères. Les rues commerçantes et animées, les belles demeures à pans de bois un
patrimoine riche d’histoire, ainsi que les nombreuses demeures à pans de bois .

Au sud du Cher est le Pays Berry Saint-Amandois. Bocages, forêts et d’étangs. Le pays s’étend sur dix-neuf communes réunies pour un territoire touristique riche en termes de patrimoine culturel et naturel du « Boischaut » qui est synonyme de « bocage ». Saint-Amand-Montrond est située dans une vallée.

À cinq kilomètres d’ici, vous visiterez la très belle abbaye cistercienne à Noirlac, l’un des plus beaux ensembles monastiques en France. A 5 km d’ici, se dresse la borne géolocalisation du Centre de la France : en plein centre du bourg de Bruère-Allichamps d-Montrond. 
Deux autres villages revendiquent le titre géographique dans un rayonnement kilométrique proche de Bruère-Allichamps : il s’agit de Vesdun et Saulzais-le-Potier. Après Saint-Amand-Montrond, en direction de Lignières située à vingt-cinq kilomètres, avant, il y a la forêt
domaniale d’Abert.

Venant de St-Amand-Montrond, sur la gauche, se trouve la pancarte Méridien de Paris,
traversant droite ligne et à l’infini le paysage forestier.

Autrefois, y étaient localisées des carrières et certaines d’entre elles participèrent à
l’extraction de matériaux qui servirent à la construction de grands édifices. Cette partie du Berry fait la transition entre la Sologne et le Pays de La Châtre, le Pays d’Issoudun, où l’écrivain Honoré de Balzac aimait séjourner : château de Frapelse à Saché, situé à 1 km seulement de la ville. C’est ici qu’il fixa les scènes du roman « La Rabouilleuse« , puis « Le Lys dans la Vallée« . C’est dans ces paysages là que part le joli circuit « Ronde des Champs d’Amour et Champagne Dorée que je ne manquerais pas de publier.

Milieu naturel composé vastes étendues céréalières, notamment à proximité de Chârost (Cher) et dans la campagne à Issoudun, Vatan et Levroux. J’ai fait de mes passages de nombreuses photos, je vous montre dans divers articles.

En certains endroits faisant partie de la Champage, on y trouve des zones calcaires.
Autrefois, y étaient localisées des carrières et certaines d’entre elles participèrent à
l’extraction de matériaux qui servirent à la construction de grands édifices.

Pays de Châteauroux et ses communes de proximité que nous lui connaissons. D’aucuns, connaisseurs, penseront peut-être que si je vous présente l’Indre via ses cinq contrées naturelles, est un peu s’en remettre au « cliché » paysager. Cependant, cela me semble inévitable.

La Champagne berrichonne en fait naturellement partie, de même, les Boischaut nord et sud. Parfois, le webmaster à une réelle impression de se répéter dans ses écrits, et pourtant, nous n’avons pas toujours le choix au regard de sujets qui se recoupent entre eux. Châteauroux à su conserver sa part de nature et la développer pour le plus grand bonheur de ses habitants. La ville dispose d’espaces verts remarquables, a fait le choix de privilégier les espaces naturels et diminuer la surface des sites fleuris : Jardin public, Eco-Parc des Chevenièves et autres.

Comment évoquer Châteauroux sans avoir un regard tourné vers la ville de Déols.
Un riche passé culturel à découvrir sur le site clunisien de l’Abbaye Notre-Dame et
ses vestige.

Au sud du Berry est la Vallée Noire, formée par les bocages, les champs et prairies séparés entre elles de haies naturelles, les fameuses bouchures. Un paysage arrosé par le ruisseau du Portefeuille et quelques autres que des moulins à aubes enjambent. Le plus connu d’entre eux est sans aucun doute le Moulin d’Angibault.

Tout près de La Châtre, c’est au village de Nohant, en Vallée Noire si chère au cœur de l’écrivaine George Sand, que l’on rencontre toute l’âme romantique de l’Indre. La gentilhommière familiale guide nos pas, lieu incontournable qui abrite également un jardin labellisé Remarquable. C’est aussi une multitude de découvertes au Musée de La Châtre, ainsi que dans les villages et les châteaux aux alentours de Nohant.

Maître de la ville de 1826 à 1831 et conseiller général de l’Indre de 1829 à 1836, Talleyrand a marqué de son empreinte de nombreux sites rappelant sa présence ou son action. Tout d’abord au superbe château Renaissance de Valençay, qu’il acquit en 1803 sur l’insistance de Napoléon Bonaparte, dont il était le ministre de l’Intérieur, pour y donner de fastueuses réceptions. Fin gourmet et passionné de cuisine, il a organisé de somptueux festins réputés dans toute l’Europe.

Ube visite audio-guidée nous entraîne à la découverte des salles du château somptueusement meublé. Le parc mérite bien sûr de s’y attarder, avec ses jardins à la française. Ensuite, au fil des rues, allez vous aussi à la rencontre de la vie de Talleyrand à Valençay, comme je le fis lors de nos nombreuses visites.

Voyez dans le médaillon à droite, une photo que je fis des vignes, sur le coteau,
l’une des anciennes vignes de Talleyrand. La seule récolte de 1835 employa 91
vendangeurs durant deux jours.

Un coucher de Soleil qui colore le pays des mille étangs, un regard qui glisse à l’horizon des silhouettes feuillues et embrumées au petit matin de ce joli paysage de Brenne, d’où la faune et la flore y prospèrent abondamment.

Les villes et villages au Pays Blancois notamment, l’empreinte de son patrimoine culturel riche, à découvrir, à visiter absolument !

Circuit de découverte guidée, randonnées pédestres, découverte des étangs,
balades au cœur des buttons, des brandes et prairies naturelles, visite de la
Maison du Parc.

Au sud du département de l’Indre est une vraiment belle contrée où vous ne manquerez pas d’aller et découvrir. Celle du Berry en Val de Creuse se fait destination idéale sur votre étape culturelle et paysagère. Comme son nom compris dans l’intitulé, d’ici, nous voici entre Berry et Limousin, où le paysage se transforme, image par image, depuis Argenton-sur-Creuse déjà.

Si vous arrivez par la gare, remarquez le paysage environnant, aux accents pittoresques et légèrement montagneux, qui s’entourent de roches et où l’élément s’y étend à de vastes parties.