Vous aimez flâner au bord de l’eau et vous vous réjouissez d’être immergé par un bel espace naturel et préservé, tout en découvrant le patrimoine culturel environnant ? Cette portion sur la Véloroute du Canal de Berry à tout pour plaire ! Si vous décidez d’accorder plus de temps à votre promenade, sachez que vous trouverez de quoi vous restaurer sur place.

* Drevant à Pont-canal La Tranchasse : 2,5 km
* La Tranchasse à Ainay-le-Vieil : 1,5km
* Ainay-le-Vieil et La Perche > vers Gare d’eau, 6,5 km

* Gare d’eau à l’écluse de La Queugne – Épineuil : 6,2 km
* Épineuil et Montluçon via Vallon-en-Sully : 26 km


Si vous connaissez mieux Berry Au Cœur de France et avez parcouru plusieurs de mes articles, vous y aurez peut-être lu une de mes passions ayant lien avec la toponymie, ensemble d’étude qui concerne les noms de lieux d’une région. Pour ce qui est à propos de Drevant, l’origine du nom provient de la racine celte der Ven, ce qui signifie « chêne » ou « pierre abondante », de bonne qualité ».

Rendez-vous marqués avec l’histoire

Il ne faut pas considérer la Gaule comme une nation au sens moderne du terme. Car dans les derniers siècles avant notre ère, en Berry et ailleurs, ce rameau celte qui s’est installé, s’est constitué de nombreuses tribus indépendantes. Elles n’ont en commun que la langue, la culture, la religion. Elles savent aussi commercer, construire des cités et des routes. Ce fût, bien sûr, la conquête des territoires, des villages, des bords de rives (plus au Nord). Puis des cités qui conservèrent leur nom gallo-romain jusqu’au IVe siècle.

1217 : Derventum
1220 : Dervent
1529 : Dreventum
1766 : Derventum vel Trebianum

La petite cité de caractère construite sur le côté droit de la rive et ce que nous reconnaissons aujourd’hui du village gallo-romain de Drevant nous le confirme. De son époque subsistent notamment monuments et habitations dont certains sont les vestiges que nous admirons encore aujourd’hui, village qui serait né du commerce très répandu depuis les rives du Cher, la tribu misait sur le port. N’hésitez pas à ouvrir un commentaire pour partager votre avis.

Désormais, la commune possède de magnifiques vestiges au pied du Canal, notamment.

Prieuré

L’insolite est depuis la façade de la petite église. Découvrez si vous ne connaissez pas !

Non loin de l’embarcadère, quasiment lui faisant face, est un grand pont métallique, bel ouvrage également, lequel enjambe le Cher et surplombe à la fois un très joli panorama qui en quelques minutes se découvre aisément à pieds.

Vous projetez d’embarquer bientôt à bord de l’un des bateaux amarrés et tester une balade sur le Canal ? Vous me direz n’est-ce pas ?


Je peux vous assurez que vous ne serez pas déçu de passer par la commune de Drevant, elle est une étape clé sur le parcours. Voici l’embarcadère et ses adorables bateaux électriques que vous pourrez piloter sans permis. Peut-être sera navigation sur votre programme, car rien de tel sera encore de naviguer sur le Canal pour mieux le connaître.

Une belle idée d’escapade, qui peut aisément être complétée pour rester plus longtemps sur place et profiter ainsi du charme du village et de son patrimoine tant culturel que de loisirs via l’embarcadère, lorsque les balades en bateau sont assurées, la navigation (hors canicule) est possible. Idéalement, on apprécie de découvrir,  d’une autre façon parfois et de pouvoir prendre le temps de parcourir. Un plaisir !

Je vous ai raconté un peu de mon passage à Drevant, je poursuis. Un ami m’a rejoint et après quelques dernières photos arrières faites à l’envie, j’ai suivi sur 2,7 km en direction de La Tranchasse, la suite logique pour admirer un petit bijou !


Alors qu’il y a peu entre Drevant et La Tranchasse, à environ 300 mètres avant d’arriver au grand ouvrage patrimonial, on trouve un panonceau sur lequel est stipulé de descendre du vélo pour aller à pied. En effet, le cheminement se fait des plus étroits ici, nous franchissons de fait une sorte de pas-à-pas nature par la gauche. En rando, nous en avons vu quelques-uns déjà, les plus hardis sans doute, mais aux pneus plutôt lytes.

Le point fort de cette journée à vélo, c’est la traversée du canal via une météo radieuse !
Sur cette étape, prévoyez selon vos options, d’avoir un pique-nique avec vous, un petit quelque chose à grignoter et de quoi vous rafraîchir aussi : un restaurant à l’Îlot de la Godine / Drevant, pas de restaurant ni de café a Ainay-le-Vieil notre prochaine étape, puis restaurant et café à La Perche et à Epineuil-le-Fleuriel.

La traversée d’Ainay-le-Vieil

A ce niveau une option s’offre à nous. Soit que nous traversions tout droit et continuons la marche normale de la randonnée le long du canal. Soit que nous quittions celui-ci pour un petit détour dans le centre du village, en direction du château qui promet une halte intéressante, une pause culturelle à s’octroyer. C’est selon. Ensuite, on reviendra dans nos route pour continuer d’explorer côté Canal de Berry. Allez ! Je vous emmène pour une petite virée jusqu’au bourg.

Origine d’un nom

A l’époque gallo-romaine, les exploitations agricoles appelées « villas » pratiquaient l’élevage et la culture au pied du plateau calcaire, alors que croissait l’aulne sur les alluvions humides : c’est aux villas et aux aulnes que le village doit son nom « La Villa-des-Aulnes, devenu Ainay-le-Vieil.

Trouvant expressif le petit espace aménagé et jouxtant le pont (on y descend par quelques marches), que je ne manqua pas de le photographier lors de mon passage.

Nous nous dirigeons droite ligne pour rejoindre le château et ses alentours immédiats.

ÉGLISE SAINT-MARTIN

Chapelle de Bigny – XVe s

Par rapport à l’église, la chapelle se situe côté nord, une chapelle voûtée sur nervure et le tympan de la porte est formé d’une accolade fleuronnée comme vous le montre ma photo. Au-dessus de l’ensemble chapeaute un écu portant les lettres C et I pour Claude de Bigny et Jaqueline de l’Hôpital. Au sommet, cette tr(ès jolie lucarne avec une allège armoriée et un fronton triangulaire entre.
Le tout est de style gothique flamboyant.

Portail XIIIe s

J’avoue ne pas trop adhérer à cette chapelle éclairée par des vitaux modernes.
Je suis bien plus à l’aise avec ce qui est du ressort Roman.

Dans le sol sont insérées deux pierres tombales aux longues épitaphes. Sinon, et comme en toutes églises, on y trouve une série de tableaux, un chemin de croix peint.

Le château

L’accès à la forteresse se fait d’abord par la cour puis, passant la poterne, nous entrons au plus intime de ce remarquable bâti placé sur la Route Historique Jacques Cœur. Même s’il n’est pas situé parmi les châteaux du Val de Loire stricto sensu, le château d’Ainay est l’un des incontournables en Berry.

Passez la poterne puis la cour intérieure, pour faire face à la jolie tour d’escalier dans l’esprit gothique, que je n’ai pas photographiée. C’est d’ici que vous y admirerez le monument, notamment son enceinte crénelée se reflétant dans les douves en eau.

Faites tout le tour par les allées aménagées du parc et poursuivez votre visite par l’intérieur du château, pour ne pas regretter ce parcours touristique en vue.

<< 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s